Environnement et Stratégie
Réussir la transition environnementale

Place du PV dans le mix électrique et contribution CO2 : publication d’une étude France Territoire Solaire – I Care & Consult – Artelys

Le think-tank France Territoire Solaire a publié le 14 avril une étude réalisée par I Care & Consult et Artelys. Cette étude démontre la place importante du photovoltaïque (PV) dans le mix électrique français et européen, et prouve que l’augmentation des capacités PV en France permet de réduire le contenu CO2 moyen du kWh électrique.

En effet, étant donné la faible intensité carbone moyenne du mix électrique français, l’impact climat positif du photovoltaïque en France a pu être questionné. En comparant la variante « PV haut » du scénario de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (54 GW de solaire PV) et la variante « PV bas » (41,5 GW de solaire PV) en 2030, l’impact des 12,5 GW additionnels de PV est une diminution des émissions de CO2 de 238 gCO2/kWh qui provient de 270 gCO2/kWh d’émissions évitées dans le système électrique français et européen, auxquelles sont retirés les 32 gCO2/kWh nécessaires pour fabriquer et installer les systèmes PV.

Les résultats suivants sont mis en évidence :

  • Ces émissions évitées dans le système électrique proviennent du remplacement de productions d’électricité d’origine fossile en France (11%) et en Europe (89%).
  • En France, la production additionnelle PV ne se substitue que partiellement à la production nucléaire (48%), le reste permet de réduire la production d’origine fossile. La réduction du nucléaire de 6,8 TWh correspond à moins de 2% de la production nucléaire française dans le scénario de référence.
  • Ces résultats montrent que le solaire n’intervient pas directement en remplacement du mix de production moyen mais permet surtout de réduire la production des capacités fossiles, en cohérence avec les analyses récentes de RTE sur l’influence des énergies renouvelables sur les productions des différentes filières.
  • L’impact CO2 de la production PV supplémentaire pourrait être encore plus important si la croissance de ces capacités était accompagnée par un développement de capacités de flexibilité additionnelles (hydrogène, batterie, power-to-gas).

L’étude complète est disponible sur le site de l’Observatoire de l’énergie solaire photovoltaïque : https://www.observatoire-energie-photovoltaique.com/images/pdf/fts_icare_artelys_etudeco2_note_mars2020.pdf


haut de page