Environnement et Stratégie
Réussir la transition environnementale

Entretien croisé avec Eliette Verdier, Clémence Gross, Maëlys Lecrivain et Alexis Burguburu

Pouvez-vous décrire votre parcours en quelques lignes ?

Eliette :

Après deux ans de classes prépa commerce, puis deux ans à HEC Paris, j’ai choisi de compléter mon parcours par un double diplôme à AgroParisTech en ingénierie de l’environnement, en me spécialisant notamment sur la gestion de l’eau et des déchets. Puis je suis revenue à HEC terminer mes études en master 2 Sustainability and Social Innovation. Par mes expériences de stage et mon mémoire, j’ai développé mon intérêt pour les outils de mesure biodiversité, et le rôle de la finance pour agir dans la lutte contre l’érosion de la biodiversité.

Clémence :

J’ai été diplômée d’AgroParisTech il y a deux ans, après une spécialisation en développement agricole, portant sur les sujets d’agriculture, d’économie et de relations internationales. J’ai ensuite travaillé six mois dans un cabinet de conseil en études de marché, avant de reprendre une année de spécialisation à AgroParisTech en double-cursus. Cette deuxième spécialisation portait sur la gestion de l’eau et des déchets. J’ai ensuite réalisé mon stage de fin d’études chez I Care avant d’être embauchée.

Maëlys :

Mon parcours académique a démarré à Lyon, d’où je suis originaire, et s’est poursuivi par une année d’échange universitaire en Nouvelle-Zélande. J’ai ensuite réalisé un Master finance à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, tout en débutant ma carrière professionnelle en alternance au sein de BNP Paribas AM. D’abord spécialiste produit des fonds environnementaux, j’ai évolué vers un poste d’analyste investissement solidaire où j’ai eu la chance de travailler aux côtés d’entrepreneurs aux projets à fort impact social. En 2018, je me suis expatriée au Mexique où j’ai travaillé comme Responsable ESG pour une société de gestion française.

Alexis :

Originaire de Lyon, je me suis rapproché des montagnes lors de mes études à Grenoble, au sein de l’école d’ingénieur Grenoble INP – Ense3 (Ecole Nationale Supérieure de l’Energie, l’Eau et l’Environnement). J’ai ensuite effectué un échange à l’université NTNU Trondheim en Norvège, au sein du master « Industrial Ecology ». Pendant mon cursus j’ai réalisé plusieurs stages dans des entreprises du secteur de l’énergie. J’ai notamment eu l’occasion de mener une étude prospective sur l’impact des véhicules électriques sur le réseau local d’électricité suisse. J’ai ensuite travaillé sur l’ingénierie et la construction de centrales photovoltaïques lors de mon stage de césure.

Sur quels sujets allez-vous travailler ?

Eliette :

J’ai rejoint le pôle Vivant, centré sur les sujets biodiversité et agriculture notamment. Je travaille surtout sur la mesure d’empreinte biodiversité des entreprises et des actifs financiers.

Clémence :

Je suis intégrée au pôle Vivant. Je travaille sur des sujets agricoles, mais également relatifs à l’économie circulaire ou rattachés au domaine de l’eau.

Maëlys :

Je vais travailler dans le pôle Finance, notamment sur l’élaboration de stratégies environnementales (climat, ESG, ODD etc.) pour les investisseurs et le développement de méthodologies de mesure d’impact.

Alexis :

Dans la continuité de mon stage de fin d’étude, je vais travailler principalement sur les sujets en lien avec l’Analyse du Cycle de Vie (ACV), ainsi que sur les problématiques énergie-climat.

Quels sont les enjeux environnementaux qui vous préoccupent le plus ?

Eliette :

La crise de la biodiversité et la dégradation de la nature sont des sujets qui me préoccupent, c’est d’ailleurs ce qui guide mon orientation professionnelle. A la différence du climat, et pour plusieurs raisons, les écosystèmes et leur détérioration progressive ont moins été sur le devant de la scène des sujets environnementaux ces dernières années. Pourtant, la disparition de la biodiversité est très réelle, immédiate, et se joue aujourd’hui !

Clémence :

La question de la transition énergétique et de l’épuisement des énergies fossiles me préoccupe beaucoup. Mon opinion est que nous allons faire face à des changements importants de nos modes de vie et que ces changements vont affecter l’ensemble des domaines de l’économie : industries, transports, mais aussi urbanisme et répartition de la population sur les territoires, systèmes alimentaires…

La question du changement climatique m’interpelle aussi beaucoup, de par les mécanismes d’emballement qui sont en jeu. Je pense qu’il y a des seuils critiques à ne pas franchir et je crains que l’inertie soit trop grande pour agir à temps.

Maëlys :

A titre personnel, je suis principalement préoccupée par l’extinction massive des espèces et le déclin de la biodiversité. Je lutte contre la surconsommation qui joue un rôle primordial dans la pollution et la destruction des habitats naturels des espèces menacées.

Alexis :

Je suis particulièrement préoccupé par le réchauffement climatique à venir et ses nombreuses conséquences si les émissions mondiales ne baissent pas drastiquement. Je m’intéresse notamment à la sensibilisation des citoyens au changement climatique, avec par exemple « La Fresque du Climat », association qui organise des ateliers de sensibilisation basé sur le jeu. Je suis également préoccupé par l’effondrement actuelle de la biodiversité, et les enjeux liés à la pollution des écosystèmes.

Quelles sont vos loisirs favoris ?

Eliette :

En semaine, je pratique la danse, principalement classique. Le week-end, je m’arrange souvent pour m’échapper au vert un peu partout en France. Je suis engagée dans le scoutisme, comme cheftaine et accompagnatrice pédagogique – une manière pour moi de partager ma passion et d’accompagner des jeunes qui grandissent !

Clémence :

Je joue un peu de musique (piano, guitare). J’aime beaucoup les sports de plein air (randonnée, escalade…) même si je les pratique peu à Paris.

Maëlys :

Je suis passionnée de sport et de nature, mais j’apprécie également beaucoup la culture (lecture, expositions, théâtre…) !

Alexis :

J’adore passer des week-ends randonnées entre amis, et toutes les activités de plein air de manière générale. J’aime beaucoup les sports de ballon, j’aimerais d’ailleurs reprendre le volley-ball en club dès que les gymnases seront définitivement ouverts ! Je pratique également la guitare et le piano de façon approximative.


haut de page