COP 26, à moitié vide ou à moitié pleine ?

COP 26, à moitié vide ou à moitié pleine ?
Posté par :
Margaux Le Naour Margaux Le Naour Consultante

La COP 26 n’en était qu’à ses balbutiements que déjà de nombreuses inquiétudes se manifestaient quand à son efficacité pour limiter le réchauffement à 1.5°C

Les résultats de la COP 26, s’ils entérinent un certain nombre de progrès, que nous détaillons ci-après), sont néanmoins bien en deçà de ce qui est jugé nécessaire par les scientifiques pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris.

Cependant, il est important de rappeler le rôle que peuvent réellement jouer les COP dans la lutte contre le changement climatique. Ces évènements s’inscrivent au sein d’un cycle de négociations internationales. Les délégations des différents pays s’y rencontrent afin de s’accorder sur des textes discutés en amont. D’un point de vue juridique, ces textes relèvent du droit international public, qui est particulièrement fragile. Il n’existe pas d’instances permettant de juger les Etats qui ne respecteraient pas leurs engagements. Ainsi, pour s’assurer que les engagements pris par les différents États sont respectés, il faut s’assurer qu’ils sont ensuite inscrits dans les différentes lois nationales qui les régissent. De plus, les conditions opérationnelles de mise en application des différents engagements ne sont en général pas précisées, afin de rallier l’adhésion d’un nombre important de pays. Ceci est également justifié par la diversité des situations nationales qui peut empêcher l’adoption d’actions concrètes, en dehors de grandes mesures emblématiques. Il est laissé à la discrétion de chaque Etat le soin d’organiser l’opérationnalité et la mise en œuvre des objectifs. L’ensemble de ces éléments peut entretenir un important sentiment de frustration pour de nombreux observateurs.

Enfin, la complexité et la difficulté de la mécanique diplomatique internationale ont par contraste mis en lumière la forte dynamique de l’engagement des acteurs privés (entreprises et acteurs financiers) autour d’initiatives internationales (ex: Science Based Targets) et de coalition d’acteurs volontaires.

Dans cet avis d’expert, I Care examine les actions les plus importantes prises lors de la COP26 et comment elles se traduisent dans l’environnement national : YWCA #15 : COP 26, à moitié vide ou à moitié pleine ?

 

Cet avis d’expert, rédigé en novembre 2021 par Margaux Jacob et Margaux Le Naour, s’inscrit dans un cycle de publications et avis d’experts qui sont proposés par I Care, et que vous pouvez retrouver dans la rubrique « Yes We Care About » en cliquant ici !

Menu Principal